Bienvenue !

Nouveautés : Pour les habitués, vous l’aurez remarqué, j’ai quelque peu changé de design (pas encore définitif) et même d’adresse internet… J’ai voulu modifier profondément le site afin de le rendre plus clair que le dernier et me concentrer sur son but premier : partager mon expérience personnelle sur la culture des tomates.

Afin de compléter le site, j’ai décidé de publier quelques articles intéressants en fonction des demandes et de la période de l’année ! Vous pouvez vous abonner en un clic en utilisant la colonne de droite pour recevoir les derniers articles publiés ! Tous les articles concernant la culture de la tomate en général sont publiés sur une seule page : Articles utiles !

Vous pouvez désormais commenter les différentes pages alors n’hésitez pas !

J’ai créé ce site dans la volonté de partager mon expérience en tant que petit particulier qui aime cultiver, entre autres, un fruit très célèbre, le plus consommé au monde : la tomate.

Je propose des informations issues de mon expérience personnelle, mais aussi de sources que j’ai pu vérifier par moi-même. Ainsi, ce que je décris sur ce site n’est pas à comparer à un guide officiel et ne se veut absolument pas concurrentiel à d’autres sites qui existent aujourd’hui ! La maître mot est « partage » et cela va dans les deux sens, donc n’hésitez pas à poster vos commentaires !

En tant que particulier en Thiérache (Aisne, Picardie), je propose aussi à la vente locale (je n’envoie ni ne livre pas !) quelques plants de tomate qu’il est possible de me réserver dès le mois de février et à récupérer au mois d’avril/mai ! => Toutes les infos ici.

P1030867.JPG

Un peu de culture historique et scientifique ...

La tomate, ou Solanum lycopericium fait partie d’une grande famille, celle des Solanacées. C’est la même famille que la pomme de terre, le poivron, l’aubergine, le datura, le pétunia ou encore la belladone.

Originaire d’Amérique du Sud où elle est naturalisée et cultivée par les Incas, son introduction en Europe n’aura lieu qu’au XVIème siècle par les conquistadors espagnols. Cependant, étant de la même famille que la belladone et lui ressemblant beaucoup elle fut fortement dépréciée car les baies de cette dernière sont très toxiques. Son utilisation ne sera donc, en Europe du Nord, uniquement ornementale. Il faudra attendre  le XVIIIème siècle pour que la culture pour son fruit soit popularisée.

En France, Olivier de Serre a été le premier à la populariser dans les années 1600 mais il lui donna un caractère purement ornemental : « Les pommes d’amour, de merveille, et dorées, demandent commun terroir et traictement, comme aussi communément, servent-elles à couvrir cabinets et tonnelles, grimpans gaiement par dessus, s’agrafans fermement aux appuis. La diversité de leur feuillage, rend le lieu auquel l’on les assemble, fort plaisant : et de bonne grace, les gentils fruicts que ces plantes produisent, pendans parmi leur rameure… Leurs fruicts ne sont bons à manger : seulement sont-ils utiles en la médecine, et plaisans à manier et flairer »

Ce sera via l‘Encylopédie de Diderot et d’Alembert que son avantage culinaire sera mis en avant, et sera ainsi popularisé.

Aujourd’hui, de nombreuses recherches sont financées pour l’un de ces fruits les plus consommés dans le monde. Des croisements sont effectués au sein de la recherche scientifique mais aussi chez les particuliers qui recherchent des caractères originaux avant de les fixer, les stabiliser.

C’est ainsi que sont nées les variétés riches en antioxydants (ex : anthocyane avec les OSU blue, ananas bleue, indigo rose), aux couleurs et formes variées. Vous comprendrez donc que le terme populaire « variété ancienne » n’est pas si réaliste que ça, la green zebra par exemple ayant été fixée à la fin du XXème siècle.

Sources : Wikipédia confirmées via le reportage Tomate : A la recherche du goût perdu France 5, Rustica Magasine.